C'est le moment où la Lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maria Elizabeth Braggerel York

Aller en bas 
AuteurMessage
Milly E. Bragg
{ Actrice } - Snow White
avatar

Féminin Nombre de messages : 5
Age : 78
Age ( RP ) : ~600 ans
Race : Vampire
Lignée : Marmoréenne
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Maria Elizabeth Braggerel York   Lun 16 Mar - 20:49


  • Nom : Braggerel York
  • Prénoms : Maria Elizabeth
  • Surnom : C’est en Milly Bragg que les humains la connaissent et ses fans la surnomment Snow White en raison de sa peau de neige.
  • Age : Un peu moins de 600 ans.
  • Profession : Mannequin/Actrice. Pour le moment.
  • Race : Marmoréenne
  • Description Physique : « Vous entendez votre voisin bafouiller les mots « snoo waite » les yeux collés sur son pc ? Vous tombez régulièrement sur des photos d’une fille magnifique avec qui vous aimeriez bien sortir mais qui reste totalement inaccessible – ce qui ne vous empêche pas de penser à elle dans vos grands moments de solitude ? Vous la connaissez n’est-ce pas ? Vous l’adorez même. Alors laissez-nous vous présentez votre nouvelle idole…
    Son vrai nom : Milly Bragg, et non pas Snow White. Elle a 21 ans et est née à Londres. On lui connaît de furtives apparitions dans certains films américains que nous ne nommerons pas, au risque de provoquer de graves ruptures de stock. Environ 1,72 m pour 58 kg, la belle est mince mais pas anorexique, et cela à l’air de vous ravir (particulièrement lorsque vous regardez sa superbe poitrine subtilement recouverte de satin blanc). Ses cheveux noirs démesurés et ses yeux en amandes vous font littéralement baver. Il est vrai que son sourire adorable ne laisse personne indifférent. D’après vous, elle est pourtant connue pour ses lentilles explosives : rouges sombres.
    Bien sûr, sur les podiums elle vole plus qu’elle ne marche. On a peine à se concentrer sur les vêtements quand c’est elle qui défile. Son corps ondule sensuellement dans les robes de soie légère, à la manière d’un félin en chasse. Mais contrairement à la panthère, sa peau à elle est d’un pur ivoire. Un délice pour les yeux.
    Fait étrange sur la belle demoiselle : les rares fans qui ont pu la toucher (votre amour impossible est malheureusement très bien protégée ; gardes du corps, lunettes de soleil, chapeaux et foulards sont de rigueur !) ont pu constater que sa peau était aussi chaude qu’une tempête au pôle sud et tendre qu’un bloc de béton. Mais on vous rassure, ce n’est que du muscle !

    P.S. : Bien que nous ayons pu nous les procurer, nous ne diffuserons pas ses mensurations. » Elle, Avril 2009
  • Caractère : Contrairement à ce que peut laisser penser son petit air timide et son adorable sourire, Milly est connue pour jouer les divas. Elle est sujette à de violentes sautes d’humeurs, et revient très souvent sur ses décisions. Elle déteste qu’on la colle, et plus encore qu’on lui donne des ordres. Son manager la trouve absolument détestable, ce dont elle s’amuse fabuleusement.
    Déjà capricieuse étant humaine, ce défaut s’est vu mille fois amplifié après sa transformation, en raison de toutes les nouvelles folies qu’elle pouvait désormais se permettre. On connaît aussi la belle pour jeter l’argent par les fenêtres sans remords. Quoiqu’elle puisse se le permettre, ayant amassé une immense fortune au fils des… siècles. Le métier de mannequin s’accorde parfaitement avec son goût prononcé pour le luxe et son narcissisme exacerbé, et la jeune marmoréenne regrette parfois de devoir un jour disparaître de ce milieu exaltant.
    De plus, qui dit mode dit beaux garçons, et Milly les collectionnes avec assiduité, bien décidée à en profiter un maximum. Malheureusement pour eux, certains ne survivent pas à leurs ébats.
    Détail contrariant : la Miss est en quelque sorte « allergique » au sang animal. Elle a bien essayé, mais cela l’empêche – mystérieusement – de respirer. Bien sûr, elle pourrait s’en passer, mais elle trouve la situation très inconfortable et préfère de loin le sang humain (de toute façon.). Pourtant, elle n’apprécie pas de devoir les tuer pour se nourrir. Etant humaine, elle était réputée pour sa gentillesse. Aussi, se voir transformée en « méchante » l’a déstabilisée, et elle tâche de lutter contre sa soif le plus longtemps possible.
    Aime la solitude, et devient vite agressive quand on tente de l’approcher.
  • Histoire : Tout commença avec la Guerre des Deux-Roses.
    York et Lancastre s’affrontaient alors que Milly n’était encore qu’une petite fille. Bien que sa famille ne soit issue que d’une petite bourgeoisie, son père était vassal du maître de la maison d’York : il leur fut bientôt demandé de mettre des chevaux à disposition de celle-ci. Or, un problème survint. Quelque chose saignait à blanc les chevaux des écuries. On les trouvait éventrés au matin par un animal dont la férocité dépassait tout ce que les légendes avaient pu raconter. La jeune fille et sa mère se virent interdire le droit de sortir. Judicieuse initiative. Bientôt la bête s’attaqua aux jeunes filles du village. Les plus belles de préférence. Et tout le monde savait que Milly promettait d’être la plus belle fille du royaume.
    Personne n’ignorait la délicatesse de ses traits, la douceur de sa peau subtilement rosée, la grâce de ses petites mains et l’éclat vert et délicat de ses yeux en amandes. Ses longs cheveux noirs étaient aussi fins et brillants que ceux d’une reine, et l’on voyait déjà se profiler les formes généreuses de son corps de femme. Pour son propre bien, son père voulu la défigurer. « Un peu d’huile chaude » qu’il disait, « et elle sera en sécurité. Ce monstre ne s’en prendra pas à elle ! ». Elle ne dut son salut qu’à la promptitude de sa bien-aimée mère à fuir.
    Elles trouvèrent ainsi refuge chez l’un des ducs York. Sa femme les accueillit avec chaleur et bienveillance. Milly fut presque choquée de sa beauté et de l’étrange couleur dorée de ses prunelles. Elle s’était accoutumée à ce qu’on la considère comme la plus belle de toutes les femmes du royaume, mais jamais elle n’aurait pu égaler cette femme-là : l’incarnation même de la perfection. Dès lors, la fillette se mit à la suivre partout, à l’espionner. Elle ne supportait plus de devoir la quitter des yeux. Elle s’escrima à lui ressembler ; bouger, parler comme elle. Mais jamais elle ne l’égalait. Découvrir son secret devenait une obsession.
    La chance lui sourit quelques années plus tard, alors que la duchesse l’avait prise en affection. Le duc et elle partageaient toujours la même couche, et avaient l’air très heureux, mais leurs ébats ne portaient pas les fruits espérés. Lorsque la duchesse comprit qu’elle était stérile, rien ne put plus apaiser son chagrin. Milly tâcha de la consoler du mieux qu’elle pu, mais rien n’y fit. L’ampleur de sa tristesse était telle qu’elle entachait sa beauté et la rendait agressive. Ses yeux d’or perdaient peu à peu leurs éclats, viraient presque au rouge. Puis on nota quelques morts. Une vieille jument, la fille de la cuisinière et un jeune paysan. Rien d’important. La duchesse d’York parut lentement retrouver son calme, sa sérénité et sa beauté. Elle consacra dès lors plus d’attention à Milly, qui s’en trouva ravie. Son éducation se fit plus poussée, on la présenta au monde, on l’éduqua, on entretint sa beauté jusqu’ici délaissée. Elle saisit bientôt que la duchesse désirait l’adopter.
    Mais la jeune favorite était attachée à sa mère ; mère qui l’avait élevée, aimée, sauvée et travaillait aujourd’hui comme dame de compagnie. Elle ne pouvait se résoudre à la quitter, jusqu’au jour où, par un malheureux hasard, elle la surprit en compagnie d’un homme. Elle comprit immédiatement pourquoi sa mère s’absentait souvent en ville, d’où venait l’argent qu’elle en ramenait, pourquoi elle avait accepté qu’on entretienne sa beauté et pourquoi elle en avait été si heureuse. Haine, rancœur, dégoût et déception balayèrent d’un coup brutal son amour. Elle courut vers les appartements de la duchesse et la supplia en pleurant d’en faire sa fille, de l’éloigner de sa mère et de pendre celle-ci pour la délivrer de ses péchés impardonnables. Même avec un triste sourire sur les lèvres, cette femme avait des allures d’Aphrodite. Elle se pencha vers Milly, comme pour l’enlacer, et, à la grande surprise de celle-ci, lui mordit brutalement le cou.
    Puis vint la combustion vivante, le bûcher des Enfers. Elle hurla comme une furie, se débattit comme une démente pour s’en débarrasser. Et lorsque le feu commença enfin à s’apaiser, la soif le remplaça. Une soif comme jamais elle n’en avait connue. La duchesse tenta de l’orienter vers les chevaux, mais Milly lui crachait dessus, l’évitait. Elle parvint même à la griffer violemment au visage quand on voulu l’obliger à boire ce sang si peu appétissant. De nombreuses servantes furent retrouvées mortes, un village au loin fut entièrement décimé. La nouvelle couru qu’un monstre rodait, et la peur se répandit partout. Quelques vingt hameaux disparurent ainsi avant que ce désir impératif ne parvienne à être à peu près maîtrisé. Ses deux « parents » comprirent avec anxiété que, pour une mystérieuse raison, elle ne supportait pas le sang animal. Ils tâchèrent de la surveiller pendant ses chasses, et de lui apprendre à museler sa soif. Elle attaquait des humains au hasard. Ses propres actes la répugnaient et elle en souffrait plus que tout. Le seul moment où elle prit un malin plaisir à poursuivre et terroriser sa proie fut lorsque le sort la mit de nouveau sur le chemin de sa mère. On la retrouva nue, pendue, éventrée, et vidée de son sang.

    « Il est étrange de voir comme nous, les Marmoréens, nous habituons vite à tout changement dans notre environnement. J’ai traversé six siècles en observant les humains, et tout m’a paru aller de soi. L’électricité, la technologie, tout ça ne sont que des ornements qui plaisent aux humains. Nous nous débrouillions très bien sans, et aussi bien avec. Mon père, pourtant, paraissait le regretter. Il me manque d’ailleurs. De même que Maman.
    Sa mort restera toujours une tragédie, mais elle m’aura au moins appris une leçon : ne jamais révéler notre existence. Maman a disparu après ça. Pas un mot d’adieu, rien. Je n’ai pas eu le cœur de la traquer. Elle a le droit d’être seule. Après 1000 ans d’existence en sa compagnie, elle se retrouve privée de celui qu’elle aimait. Je suppose qu’elle doit savoir ce que je suis devenue, puisque personne n’ignore mon existence aujourd’hui. Je regrette simplement d’avoir du retrouver mon ancien nom. Maria Elisabeth York, c’était très classe. Maintenant je retrouve la petite et naïve Milly, pour plaire aux humains…
    D’ailleurs, j’ai une nouvelle séance photo. »
    Extrait d’un des nombreux journaux de Milly.
  • Ce qui anime votre vampire aujourd'hui : « Je pense que j’avais toujours, au fond, voulu devenir belle et célèbre. J’ai eu les deux. Il va falloir que je trouve autre chose… Ah ! J’oubliais. Je veux trouver quelqu’un qui soit un peu plus résistant que les mannequins Dior. J’en ai marre de devoir nettoyer le lit. »
  • Relations / Comportement avec les autres vampires : Son image étant visible sur les trois quarts des panneaux publicitaires des trois quarts des villes du monde, Milly est plutôt… connue. Elle n’est pas hostile envers les Marmoréens, mais elle n’appréciera pas qu’on la suive partout. Méfiante envers les Sang-Mêlés, elle supporte ses autres congénères de la même manière que les siens.
  • Relations / Comportement avec les humains : Gentils. Follement amusant aussi. Mais une distraction, sans plus. Un particulier attachement aux mannequins Dior. Elle trouve en eux des spectateurs parfaits à sa comédie quotidienne, et adore l’idée d’avoir son casse-croute à proximité en toutes circonstances. Elle contrôle néanmoins très bien sa soif ; contrôle accentué par sa répugnance à tuer.
  • Autre : Fervente consommatrice de drogue et buveuse invétérée, mais peu fan des fête.


Dernière édition par Milly E. Bragg le Lun 16 Mar - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erasm E. More
| Admin || { Gérant du More } - The Dream
avatar

Masculin Nombre de messages : 54
Age : 30
Age ( RP ) : ~1000/1500
Race : Vampire
Lignée : Marmoréen
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Maria Elizabeth Braggerel York   Lun 16 Mar - 21:37

Bonsoir et bienvenue sur Beyond the Twilight ! ^^

J'aime beaucoup ta fiche, il manque juste l'avatar. Je te validerai dès que tu en auras un, et tu peux aussi me donner un nom de rang que tu aimerais avoir si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milly E. Bragg
{ Actrice } - Snow White
avatar

Féminin Nombre de messages : 5
Age : 78
Age ( RP ) : ~600 ans
Race : Vampire
Lignée : Marmoréenne
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Maria Elizabeth Braggerel York   Lun 16 Mar - 22:53

Merci !

Oui, j'ai pas eu le temps de mettre d'avatar, j'tais pressée. Mais bon, en voilà un qui fera l'affaire ^^ Et pour le rang... Snow White sera très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erasm E. More
| Admin || { Gérant du More } - The Dream
avatar

Masculin Nombre de messages : 54
Age : 30
Age ( RP ) : ~1000/1500
Race : Vampire
Lignée : Marmoréen
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Maria Elizabeth Braggerel York   Lun 16 Mar - 23:02

Parfait ! ^^

Fiche Validée


Bon jeu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maria Elizabeth Braggerel York   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maria Elizabeth Braggerel York
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elizabeth George - The Inspector Lynley Mysteries et autres romans
» Elizabeth Goudge
» Mary Elizabeth BRADDON
» Elizabeth Peters
» Avec Maria Filali technique de la femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
x Beyond the Twilight x :: x Prologue :: . Présentations :: + Les Marmoréens-
Sauter vers: